Avoir des enfants : ce que l’on nous avait pas dit !

Hellooo,

Ce post est une conséquence directe des vacances scolaires, qu’on se le dise !

Oui bon, l’autre jour, je disais « pas de panique pour les vacances, soyons zen et laissons couler ». Euhhh, mouais hein, disons que c’était le début des, dites, vacances et que j’avais encore la ferveur et l’espoir des débutants. Voilà c’est ça, je suis une débutante. Ben oui, même si La Linette a déjà 3 ans et le Cannelé 1 an, je suis une novice quand même.

Je les voit d’ici les loubards de la parentalité se marrer là, alors que eux ils ont essuyés les tempêtes de la petite enfance, les montagnes russes de l’enfance et le cataclysme de l’adolescence !  » T’es pas au bout de tes surprises ma petite » qu’ils doivent se dire, un sourire en coin.

Et ils ont raison, nous ne sommes pas au bout de nos surprises, non, non. Tu savais toi, tout ce qui allait t’arriver en devenant maman ? Alors, y aurait-il une organisation secrète chargée de dissimuler la réalité de la vie de parents ?

Foresti parlait du gang de nanas qui passait sous silence les méandres de la grossesse et de l’accouchement ! Ça doit être une filière de cette organisation très puissante. On tient un truc, les gars 😀 . D’ailleurs ça me fait penser que je n’ai pas donné ma version de la grossesse et de l’accouchement… affaire à suivre !

Rentrons dans le vif du sujet, si vous voulez bien ( pas le choix de toute façon, c’est le thème du post ;P ). Devenir parent ça te chamboule la vie. N’ayons pas peur des mots les amis, je vous le dis moi.

Si tu rêves encore de mener ta vie d’avant en devenant parent, tu nages littéralement en pleine utopie.

Commençons par le commencement, la base, je dirais ; le sommeil. Vaste sujet ! Si tu crois encore qu’avec des enfants tu dormiras encore comme un bébé à poing fermé… comment dire : NON ! Autant être directe avec vous, je ne bosse pas avec la fameuse organisation pour la désinformation des parents moi !

Les nuits quand on est parents c’est comparable à…. des minis siestes mises bout à bout, entre coupées de réveils pour cause de bébé qui pleure ou de grands (2 – 3 ans voire plus) qui se réveillent parce que tu vois, pour remonter la couverture, ils ont IMPÉRATIVEMENT besoin de toi… idem pour attraper la gourde d’eau et la porter à la bouche. Je vous épargne les vomitos, les cacas qui fuient et te dégueulassent les draps ! Au revoir la régénération cellulaire de ta peau, secret ultime de beauté paraît-il,  et bonjour les nuits en viandes hachées. Expression empruntée à ce cher René, toujours le mot pour rire celui là 😛 !

Continuons les amis, avec un sujet assez croustillant, dirais-je ; l’intimité. Si tu as déjà des gosses, tu ne connais plus ce mot depuis longtemps et pour cause, ils, tes enfants, l’on exclut violemment de ton vocab. On est d’accord pour dire que l’intimité est une part très importante de la dignité humaine. Et bien, on oublie ! C’est simple, tout moment qui nécessite un minimum de temps pour soin, rien que pour soi, devient une réunion familiale. C’est ainsi, que quand tu prends ta douche tout le gratin est à la fête. Les mômes, les poupées, les camions et autres peluches. Je ne vous parle même pas de la pause pipi- popo, qui devient vite the place to be ! Je vous vois venir, et la vie de couple dans tout ça ? …on va pas se mentir tu n’as même pas le temps de regarder ton conjoint plus d’1mins 30 alors….

Poursuivons, avec la santé physique. Autant vous dire qu’elle en prend un sacré coup. Vous n’êtes pas sans savoir que la grossesse œuvre, d’ailleurs, assez bien dans le sens de la déchéance de celle-ci. Alors, pour vous la faire brève ; ton corps tout entier prend 30 ans d’un coup et le dos en premier. Quand tu te baisses toutes les 5 mins pour ramasser tout ce qui traine, tes cervicales ne te remercient pas, crois moi ! Sachant également, qu’un enfant de 3 ans te demande encore de le porter… on comprend vite que Kiné est une profession qui a de beaux jours devant elle. Et puisque nous ne dormons plus, de jolies cernes viennent s’installer sous nos yeux complétement hagards. Pour le peu que tu allaites ton enfant, tu te retrouves avec des seins comparables aux vieux gants de toilettes de ta mémé jacqueline 😛 .

Je vous dis tout, mais alors tout ! Comme tu n’as plus de temps pour toi, forcement tu te nourris très mal, 30 secondes et demie pour avaler un repas ça réduit le champs des possibles. Et puisque la bouffe rapidement avalées n’est pas la copine de ta balance et que le sport est un vaste concept auquel tu n’adhères plus du tout…tu vois s’installer les joies du corps libre ( doux euphémisme ) !

Finissons par la santé mentale, ne l’oublions pas. Enfin, ne nous y attachons pas trop non plus. Vivre avec des petits humains en construction c’est…très instable nerveusement comme situation. Disons qu’à tout moment, le petit humain peut littéralement péter un câble si tu ouvre son yaourt alors qu’il ne te l’avait pas demandé. Autre situation courante ; le petit humain est capable de te formuler des demandes totalement farfelus sans sourciller et ne comprends absolument pas que tu lui réponde que non c’est impossible. Le petit homme est également très auto-centrer, il s’imagine donc que tu es là EXCLUSIVEMENT pour lui. Pour ramasser derrière lui, pour accourir dès qu’il a finit d’accomplir ses besoins, pour lui lire et relire toute la vie de P’tit Loup ( comme si on en avait quelque chose à faire de sa vie à lui ) !

Bon je râle mais être parent c’est aussi et surtout s’émerveiller d’un rien et ce rien bien souvent efface les petits désagréments cité ci-dessus 😉 . C’est la chance incroyable de créer une famille, avec des valeurs et des principes qui nous sont chères. Être parent c’est inventer un univers, un cocon avec nos fantaisies et tout notre amour. C’est une aventure exceptionnelle, unique et folle.

Se dire que nous sommes en train de façonner les adultes de demain, c’est magique. Alors on compose avec leurs identités, et heureusement, mais quelle richesse ! Parce que, pour moi, il s’agit là d’un échange, ça ne va pas que dans un sens. Ils nous forgent aussi, nos petits montres, c’est bien peu de le dire !

Alors, vous l’aurez bien compris, j’aime rire des situations cocasses que la vie de parents nous réserve. Mais je n’échangerai pour rien au monde ma vie de maman. Même à quatre pattes avec des coquillettes dans les cheveux, répétant pour la millième fois « on ne monte pas sur la table pour mettre des morceaux de pain dans les narines de ta sœur » !

Vous noterez la bipolarité de ce post… le paradoxe de la mère de famille que ça s’appelle ! On n’en sortira pas indemne c’est sûr et en même temps c’est ça qui est drôle 😛 . Il paraît même qu’il ne faut surtout pas vouloir être parfaite, c’est tellement surfait et banal d’être la mère parfaite alors…. 😉 .

Embrassons nos petits fous, rions avec eux (fort), crions, sautons partout, faisons les foufous parce que finalement il n’y a que ça de vrais. Et puis s’il faut pousser une gueulante et râler un bon coup, pas de panique c’est même recommandé !

Vive la parentalité libre et sans culpabilité et quand on se le répète ça va déjà un peu mieux 😉 .

les enfants sur la plage

linette sur le sable malo les bains

 

Mille bises aux doux parfum de coquillettes !

Sofia.

 

 

 

6 commentaires

  1. Ahahah, je me retrouve dans chacun de tes mots, cela viendrait-il du fait que j’ai moi aussi 2 gremlins de bientôt 4 et 1 an ?! Les vacances commencent demain et comment dire… je les attend autant que je les redoute ! Allez courage, un jour viendra… (ou pas).
    Ravie en tout cas d’avoir découvert ton blog !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s